Digiterviews#1 : Comment André a quitté Excel, son premier amour…

Digiterviews#1 : Comment André a quitté Excel, son premier amour…

André a 47 ans, il est dirigeant d’une société de négoce à Lyon depuis plus de 20 ans. Diriger cette société fut pour lui une véritable aventure, lui qui n’a jamais eu de cours de gestion d’entreprise, de management, ou de commerce. André est un self-made-man. C’est grâce à cette aventure entrepreneuriale qu’il a rencontré la suite Office, son regard s’est tout de suite posé sur l’une d’entre elles : Excel. Le premier amour d’ André le suivi pendant 10 ans… mais cette relation cessa il y a six mois. Retour sur les raisons de cette séparation :

Bonjour André, nous sommes ici pour parler d’Excel. Merci tout d’abord de nous faire partager votre histoire. Alors Excel et vous dirigiez cette entreprise ensemble, elle a beaucoup compté dans votre vie si je ne me trompe pas. Parlez-nous un peu de tout ce que vous partagiez :

Bonjour. Oui Excel a été très présente à mes côtés. Quand nous nous sommes connus, je n’avais pas de smartphone, l’imprimante ne faisait pas scanner et on s’envoyait des notes de services. Donc imaginez quelle révolution fut Excel pour moi ! Je me souviens très précisément du jour où j’ai créé mon premier tableau. J’ai voulu calculer mon Chiffre d’Affaires annuel, la formule SOMME avait fait de moi un enfant à noël ! Et puis au fil des années, Excel devint de plus en plus belle, elle me montrait régulièrement de nouvelles fonctionnalités. Moi-même j’apprenais de nouvelles formules et réalisa des outils que je n’hésitais pas de qualifier de « Rolls des tableaux » auprès de mes amis si peu portés sur l’informatique. (Rires)

Vous avez donc évolué pendant toutes années, elle vous y a beaucoup aidé…

Oui absolument je ne jurais que par Excel et je ne voyais pas ce qui pouvait la remplacer.

Vous souvenez-vous à quel moment le premier nuage est apparu sur votre relation ?

Absolument. Vous savez, une fois que vos quelques tableaux croisés dynamiques sont rodés et que vous exercez cette fameuse macro pour la 23ème fois pour calculer votre prix de vente, on appelle ça la routine. C’est au moment où la routine s’est installé que le drame s’est passé.

André, si vous ne souhaitez pas partager cela avec nous, vous n’y êtes pas obligé. Si c’est trop dur, je peux comprendre.

Non, merci mais j’ai appris à prendre de la distance avec l’affaire Hydroqual.

Qu’est-ce que l’affaire Hydroqual, André ?

C’était un gros client. Nous nous connaissions depuis le début, presque amis vous savez. Un jour, je réalisais un devis avec Excel pour Hydroqual. Je connaissais par cœur les produits qu’il voulait, le geste commercial que je lui faisais était toujours le même, 22% de la commande. J’étais fatigué, c’était une période de l’année très stressante vous savez, j’ai juste été distrait je ne voulais pas…

Je sais André, nous le savons tous. Que s’est-il passé ?

J’ai envoyé le devis sous Excel. J’ai oublié de l’exporter en PDF. (Pause) Le boss d’Hydroqual a vu tous nos prix, mais surtout toutes nos marges… Il ne m’a plus jamais fait confiance après avoir vu que la remise de 22% qui lui était faite depuis des années était en fait dérisoire pour nous.

Un coup dur pour votre entreprise donc ?

Oui. Plus de 15% de notre chiffre d’affaires reposait sur Hydroqual. A partir de ce jour-là, les problèmes entre Excel et moi ont commencé. Bien-sûr je lui en voulais toujours pour Hydroqual, même si c’est à moi que j’aurais dû en vouloir. J’ai commencé à remarquer toutes ces petites choses qui deviennent énervantes quand elles sont récurrentes, vous voyez? A chaque fois que je voulais trouver un fichier il fallait que je clique environ 54 fois avant de trouver le bon. Je saisissais toujours 4 fois les mêmes infos pour les retrouver dans plusieurs tableaux différents. Et puis je ne pouvais plus me permettre d’arriver en rendez-vous client avec Excel, on me prenait au mieux (beaucoup trop) minutieux, au pire : pas assez professionnel. De plus, l’entreprise avait bien grandi, la comptabilité ne pouvait plus subir le danger de l’erreur humaine sur Excel.

Alors qu’avez-vous fait André ?

Ce que l’on fait tous, j’ai d’abord essayé d’en parler avec Excel, mais notre relation était à un point où elle ne voulait même plus me parler. Les fichiers ne s’ouvraient même plus ! Vous y croyez ? « Excel ne répond plus. » Il n’y a rien de pire que l’ignorance. J’en ai donc parlé à mes collaborateurs. Je leur ai demandé ce qu’ils pensaient vraiment d’Excel, au fond. J’ai été très surpris ! Apparemment, ils ne pouvaient plus la supporter depuis des mois ! Surtout Christine, du service compta… Mais je crois qu’elle a toujours été un peu jalouse, passons. J’ai donc dû prendre une décision très difficile.

C’est à ce moment-là que vous avez décidé d’arrêter votre relation avec Excel ?

C’est ça. Je crois que j’ai ouvert les yeux sur toutes ces choses que j’avais envie de faire et que je ne pouvais pas ! J’avais envie d’un logiciel plus beau, plus ergonomique ! Mais attention ce n’est pas ce qui est le plus important pour moi. J’avais surtout envie de gagner du temps, d’arrêter cette double, triple, que dis-je ? Quadruple saisie parfois ! J’avais envie de pouvoir centraliser toutes ces informations, d’automatiser la facturation et la comptabilité par exemple. (Et ce n’est pas Christine qui allait rechigner) Pouvoir croiser les informations, retrouver tous mes clients en un clic, envoyer un devis en PDF avec un simple bouton, organiser les plannings de mes collaborateurs… J’imaginais un monde sans limite rempli de couleurs, de camemberts, de relances automatiques ! Merveilleux.

Donc vous avez appelé Cube43, c’est bien ça ?

Oui je l’ai rencontré sur internet, je cherchais un prestataire qui puisse me développer un logiciel sur mesure. Vous savez après Excel, j’avais besoin de me changer les idées et je voulais quelque chose d’unique, de parfait. J’avais peur de m’engager dans une nouvelle relation mais Cube43 a été génial. Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois, nous avons fixés mes besoins ensemble, Cube43 appelle ça un cahier des charges. Je n’avais pas envie de l’écrire tout seul donc il m’a aidé. Quelques mois plus tard, moi et mes collaborateurs avons une solution qui passe par tous les services et qui répond à chacune de nos problématiques. Cube43 prend soin de moi et je n’avais jamais connu ça avec Excel. En plus d’un logiciel de gestion interne complet et unique, Cube43 m’a accompagné tout le long de ma transformation digitale.

On peut dire que vous êtes un chef d’entreprise épanoui maintenant André ?

Oh que oui ! Je me concentre enfin sur mon métier. D’ailleurs, vous voulez que je vous donne le contact de Cube43 ?

Heu non, merci.

Vous êtes sûr ? J’ai toujours un lien sur moi, vous allez adorer leur site internet !

Non vraiment André, c’est gênant.

Pourquoi ?

Je suis journaliste André.   

Ah oui. En tout cas merci de m’avoir écouté !

Merci à vous d’avoir partagé cette histoire avec nous dans Digiterview ! Retrouvez-nous une fois par mois, sur Linkedin et sur notre blog pour lire d’autres interviews de problématiques dans un contexte de transformation digitale ! Bonne journée à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *