Michel a gaspillé 40k€ dans un ERP … Et vous?

Michel a gaspillé 40k€ dans un ERP … Et vous?

Ce que Michel a fait :

Aujourd’hui Michel, vous signez votre bon de commande pour votre nouvel ERP. Bravo ! Vous pouvez être fier de vous, après tout ce que vous avez traversé, vous allez enfin pouvoir être équipé et opérationnel.

Après avoir contacté plusieurs éditeurs, après avoir reçu une dizaine de plaquettes commerciales sur des ERP qui ont plutôt l’air de se ressembler, vous avez décidé d’en rencontrer deux ou trois. Voici donc l’ingénieur commercial de l’éditeur de l’ERP « X » arrivant dans vos locaux, cravate nouée, démo préparée. Vous avez eu tellement d’interlocuteurs différents au téléphone, que vous n’arrivez pas à vous souvenir quelle merveilleuse plaquette reçue par mail correspond à cette personne. Mais vous êtes trop aimable (ou trop gêné), donc vous ne dites rien. Et pendant la démonstration vous vous rendez-compte qu’il n’y a pas grand-chose de différent entre cet ERP et celui que l’autre monsieur avec la cravate (bleue cette fois) vous a montré la veille. C’est normal Michel, ce sont des ERP « standards ».

Après ces rendez-vous, vous choisissez donc les deux ERP qui se rapprochent le plus possible de votre cahier des charges et qui rentrent dans votre budget. Ah oui, votre budget ! Vous n’avez pas vraiment de chiffre en tête mais à chaque fois qu’on vous a donné une fourchette de prix vous avez failli vous étouffer avec cette fourchette. Il reste donc deux ERP en shortlist. Vous tentez de renégocier les devis une dernière fois, sinon les enfants n’auront pas de cadeaux à Noël, vous le sentez. Et vous finissez par choisir l’ERP « Y » du monsieur à la cravate bleue.

Un mois plus tard, l’import de données est fait. L’installation est faite. Les formations sont faites.

Puis, vous décidez d’installer en parallèle un logiciel de gestion adapté à votre métier pour une partie spécifique de la production. Il faut que le logiciel soit connecté à l’ERP qui vient d’un autre éditeur, vous faites donc développer une interface qui va rajouter 2000€ à 5000€ de budget à votre projet. Banco ! De toute façon l’ingénieur commercial vous a prouvé par A+B que le logiciel de gestion allait vous faire gagner tellement de temps et de productivité que vous allez le rentabiliser en quelques mois.

Après quelques mois d’utilisation donc, vous vous rendez-compte que certaines infos ne remontent pas dans l’ERP. C’est dommage, car vous auriez bien voulu croiser certaines informations qui se trouvent dans l’ERP « Y » avec d’autres informations du logiciel de gestion « Z ». Vraiment dommage, vous auriez par exemple pu obtenir votre prévisionnel sur 6 mois … En plus, au moment où vous vous faites cette réflexion, votre commercial vous dit spontanément « Eh Michel, t’imagines si je pouvais voir mon avancement sur l’objectif que tu as fixé ce trimestre, en accueil de ma session par exemple ? Ce serait génial ! » Oui, mais non.

A ce moment précis, vous faites le point : vous avez dépensez l’équivalent du PIB finlandais par habitant, (40k€ environ) pour équiper la société. Et les informations cruciales, dont vous avez besoin tous les jours, ne sont pas disponibles.

Un bilan mitigé pour Michel. Alors comment réussir à exploiter pleinement et selon vos besoins uniques, un ERP et un logiciel de gestion ?

 

 

Ce que Michel aurait dû faire :

Et bien tout simplement en n’achetant pas « un ERP, et un logiciel de gestion ». Michel n’a pas pu croiser les informations de sa gestion commerciale  et celles de sa production car il y avait une interface développée entre deux logiciels standards différents, d’éditeurs différents. Michel s’est rendu compte que cela séparait encore plus les services et que l’information était gardée pour soi à chaque coin du bureau.

Pour éviter tout ça, Michel aurait pu s’orienter vers un prestataire réalisant des logiciels sur mesure par exemple. L’ERP est développé selon son budget, ses propres besoins et pas les besoins « de la plupart des entreprises ». De plus, s’il veut contrôler sa production, pas de souci ! Tous les modules de gestion sont réalisables puisque la solution est faite pour Michel et pas pour « les gens qui font le métier de Michel ».

Pas d’interface, toutes les données circulent librement, sans restriction. Elles peuvent toutes être croisées, centralisées, redistribuées à tout le personnel, sans risques de doublon, et selon une gestion des droits définie précisément par le cahier des charges. De cette façon, rien n’est perdu. Michel peut même avoir un « Dashboard » qui regroupe des graphiques, courbes, camemberts etc… dont son fameux prévisionnel ! Je crois qu’il adorerait pouvoir connaître rapidement la situation de sa société le matin en arrivant au bureau.

 

Michel, si tu veux voir ce que tu as raté, tu peux visiter le site internet de Cube43, un éditeur de logiciel sur mesure : www.cube43.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *